Les deux artistes Rashid Johnson et Matthew Day Jackson, qui investissaient le Studio des Acacias avec des œuvres inédites, ont en commun une certaine vision du rêve américain, une Amérique souvent critiquée, synonyme d’impérialisme et d’hégémonie, entre luttes raciales et seconde guerre mondiale.